La fédération interprofessionnelle de la vape inquiète pour la législation et le marché de la vape

la fivape s'inquiete

Les récentes discussions autour d’un projet de taxe sur la vape, porté par la Commission Européenne, suscitent de vives inquiétudes au sein de la Fédération interprofessionnelle de la vape. Cette organisation qui joue un rôle clé dans la défense de la pratique du vapotage redoute les conséquences de ces nouvelles taxes sur la législation et le marché de l’e-cigarette. Sélim Denoyelle, délégué général de la Fivape, exprime ouvertement ses craintes quant à l’avenir de la vape et les possibles impacts négatifs de ces mesures.

Les possibles mesures de taxation

Les informations révélées lors d’une récente interview avec Sélim Denoyelle font état d’une potentielle taxation des e-liquides en fonction de leur concentration en nicotine. Les produits contenant moins de 15 mg/ml seraient taxés à hauteur de 20 % du prix TTC. Ceux qui auraient une concentration supérieure seraient taxés à hauteur de 40 %. Cette mesure entraînerait de fait une augmentation de 30 centimes d’euros par millilitre d’e-liquide.

La Fivape met en lumière l’aspect contre-productif de ces possibles dispositions

La Fivape redoute que l’argument financier ne prévale sur les aspects liés à la santé, car si la vape devient aussi onéreuse que le tabac, quel serait l’intérêt de changer ses habitudes de consommation ? La fédération interprofessionnelle de la vape refuse d’accepter ce nouvel obstacle qui se dresse sur le chemin de la vape.

Les mesures pourraient favoriser le retour au tabagisme

L’organisation souligne que les politiques fiscales visant à augmenter les prix des produits de vapotage sont contre-productives. Au lieu de dissuader les fumeurs de fumer, ces mesures pourraient les pousser à revenir vers le tabac, ce qui aurait des conséquences néfastes sur leur santé. La Fivape met en évidence les études qui démontrent que le prix est un facteur déterminant dans la décision d’arrêter de fumer en passant à la vape. Ainsi, toute augmentation des coûts des produits de vapotage pourrait entraver les progrès réalisés dans la réduction du tabagisme.

Une disposition qui pourrait conforter les fumeurs à demeurer dans le tabagisme

La Fédération interprofessionnelle de vape met également en avant l’importance de ne pas favoriser l’industrie du tabac en créant des taxes plus élevées sur les produits de vapotage. En effet, des taxes excessives pourraient inciter les fumeurs à rester dans le tabagisme, car il deviendrait plus économique pour eux de continuer à fumer des cigarettes traditionnelles.

La Fivape souligne les bénéfices de la vape

Dans sa mission de défense de la vape, la Fédération interprofessionnelle de la vape met en avant les nombreux bénéfices de cette pratique pour les fumeurs. Selon l’organisation, la vape offre une alternative moins nocive au tabagisme conventionnel. En effet, contrairement à la combustion du tabac, la vape n’implique pas de production de fumées. Ceci réduit énormément les risques liés aux substances toxiques présentes dans la cigarette traditionnelle. La vape permet également aux fumeurs de conserver le geste et la sensation de fumer, ce qui facilite le processus de sevrage tabagique.

La Fivape insiste aussi sur l’efficacité de la vape comme outil de réduction des risques. De nombreuses études scientifiques ont démontré que la vape est moins nocive que le tabac et peut aider les fumeurs à réduire leur consommation de cigarettes, voire à arrêter complètement. En promouvant l’utilisation de la vape, la Fivape cherche à encourager les fumeurs à adopter une alternative plus sûre pour leur santé, tout en préservant leur plaisir et leur satisfaction.

En dehors de ses bienfaits pour les fumeurs, la vape présente par ailleurs des avantages sur le plan économique et social. En réduisant la consommation de tabac, la vape contribue à diminuer les dépenses de santé liées aux maladies causées par le tabagisme. Par ailleurs, elle favorise la création d’emplois dans l’industrie du vapotage, ce qui offre de nouvelles opportunités économiques. La vape, enfin, permet de créer des communautés de vapoteurs qui partagent des expériences similaires et s’entraident dans leur démarche de sevrage tabagique.

La Fivape milite pour la reconnaissance de la vape

Malgré les bénéfices avérés de la vape, la Fivape déplore le manque de reconnaissance et de soutien de la part des autorités sanitaires. Selon l’organisation, la vape est souvent stigmatisée et soumise à des réglementations excessives, ce qui entrave son développement et son accessibilité. La Fédération interprofessionnelle de vape milite pour une approche plus équilibrée, basée sur des preuves scientifiques solides. Cette approche doit aussi prendre en compte les besoins et les droits des vapoteurs.

La Fivape souhaite également promouvoir une meilleure information sur les avantages de la vape, afin de démystifier les idées reçues et les préjugés qui entourent cette pratique. Elle invite d’ailleurs tous les acteurs du secteur à rejoindre la fédération afin de renforcer ses propositions et son poids dans les discussions. Elle souligne que la vape doit être reconnue à sa juste valeur et occuper une place légitime dans les politiques publiques de lutte contre le tabagisme. La bataille s’annonce difficile, mais la Fivape est déterminée à défendre la vape et à faire entendre sa voix pour préserver la santé des fumeurs et promouvoir des alternatives moins nocives que le tabac.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *